De quelques événements sans signification Mostafa Derkaoui

Synopsis

Casablanca, 1973 : un réalisateur prépare un tournage, mais désireux de prendre en charge le cinéma de son pays, parcourt les rues de la ville, interroge les passants sur ce que pourrait et devrait être le cinéma marocain. Les réponses fusent, contradictoires, à l’image des personnes interrogées. Les membres de l’équipe de tournage discutent : ils s’efforcent de construire la théorie d’un cinéma national indépendant, entre expérimentation formelle et représentation sociale, exemples cosmopolites et rejet de l’écrasant regard français. Mais au cours de leurs repérages surgit un jeune homme qui les fascine, et dont le destin se noue alors même qu’ils regardent ailleurs. Soulignant les apories du cinéma national aussi bien que la violence qu’engendre la misère sociale, De quelques événements sans signification, après une unique projection parisienne en 1974, fut immédiatement censuré et longtemps cru disparu. Derkaoui y construit une esthétique de la focale longue, habituellement propre au documentaire, pour brouiller les repères entre les niveaux de réalité de son film ; la bande-son, avec son free-jazz virevoltant en contrepoint aux rares images de violence du film, achève de confondre toute lecture univoque. Car De quelques événements sans signification n’est rien 

  • Pays: Maroc
  • Année : 1974
  • Durée : 76 minutes
  • Format : Couleur
  • Langue : Arabe
  • Réalisation: Mostafa Derkaoui
  • Production: Mostafa Derkaoui
  • Scénario: Mostafa Derkaoui
  • Image: Mohamed Abdelkarim Derkaoui
  • Montage: Mostafa Derkaoui
  • Son: Stan Wiszniewski, Noureddine Gounejjar, Larbi Essakalli, Miloud Bourbouh, Menouar Samiri
  • Musique: Nahorny
  • N° de Visa CCM : 428/2019 RAS

Inscrivez-vous

De quelques événements sans signification

BIOGRAPHIE DU REALISATEUR

Mostafa Derkaoui est un cinéaste, pionnier du cinéma moderne marocain. Né en 1944 à Oujda, il obtient un baccalauréat en philosophie et poursuit des études au Conservatoire d’Art Dramatique de Casablanca avant de rejoindre, en 1965, l’Ecole Supérieure Nationale de Cinéma et de Théâtre de LODZ en Pologne dont il est lauréat en réalisation.
En 1973, Mostafa Derkaoui rejoint le Centre Cinématographique Marocain d’où il démissionne en 1975. Il avait fondé en 1974 avec son frère Abdelkrim Derkaoui, et Larbi Belakkaf la société " BASMA- PRODUCTION " puis la société ‘’ART 7’’ en 1980. Il fut nommé en septembre 2000, président du Jury au Festival du Cinéma Africain à Khouribga.

Filmographie

  • 1964 : Les quatre murs, CM
  • 1968 : Adoption, CM documentaire Amghar, CM
  • 1968 : Les gens de caveau, CM
  • 1969 : Les états généraux du cinéma, CM documentaire
  • 1971 : Un jour quelque part, CM film de diplôme
  • 1974 : De quelques évènements sans significations, LM
  • 1975 – 1976 : 4 films documentaires sur le monde rural pour le compte du gouvernement iraquien
  • 1976 : Les cendres du clos, œuvre collective, LM
  • 1981 : Les beaux Jours de Shereazade, LM
  • 1982-1984 : Titre provisoire, LM
  • 1988 : La femme rurale au Maroc, LM documentaire
  • 1989-1992 : Fiction première, LM
  • 1991 : Le Silence CM La guerre du golfe et après
  • 1994 : Je(u) au passé, LM Les sept portes de la nuit, LM  La grande allégorie, LM
  • 1999-2000 : Les amours de Hadj Mokhtar Soldi, LM
  • 2002-2003 : Casablanca by night LM
  • 2003-2004 : Casablanca Day Light, LM